La Présidente de la FST DORA ANDRES s'offusque des projets de l'Europe visant à durcir la législation sur les armes — et menace de faire de la résistance, si la Suisse venait à donner suite à cette loi. Interview: Silvan Meier Photo: Christian Herbert Hildebrand 

Dora Andres, l'UE discute d'un durcissement de la législation sur les armes. Pourquoi la Fédération sportive suisse de tir se défend-elle? Dora Andres: La Suisse a une législation stricte sur les armes, qui a pour but de lutter contre l'utilisation abusive des armes. Ces dernières années, le droit a été durci à plusieurs reprises. Nous les tireurs, nous respectons la loi et nous attendons que les détenteurs d'armes illégales soient tenus de rendre des comptes. Si les règles actuelles sont mises en oeuvre, il n'y a absolument pas besoin de procéder à un durcissement. Un tel durcissement ne toucherait de nouveau que ceux qui respectent la loi, et non les propriétaires d'armes à feu illégales. 

La Commission européenne a fait une exception pour les fusils d'assaut suisses dans sa proposition. N'est-ce pas suffisant? Andres: Cela sonne bien, mais les conditions, qui doivent être rem-plies et qui sont également applicables à toutes les autres armes, mènent en pratique à une interdiction. Par ailleurs: en Suisse aussi, beaucoup de fusils semi-automatiques sont légalement détenus par les citoyens, et pas seulement les fusils d'assaut de l'armée ou les versions privées, qui sont utilisées dans nos disciplines de tir sportif.

UN DURCISSEMENT NE TOUCHERAIT DE NOUVEAU QUE CEUX QUI RESPECTENT LA LOI

Les politiciens comme Chantal Galladé soutiennent Les projets de l'UE et seraient favorable à ce que toutes Les anciennes armes d'ordonnance soient enregistrées à posteriori. Qu'est-ce qui s'y oppose? Andres: Le gouvernement du Canada avait voulu mettre en place l'enregistrement à posteriori de toutes les armes. Il a dû l'annuler, le coût étant devenu trop élevé. De plus, un enregistrement n'apporte pas plus de sécurité. Les armes illégales demeurent tandis que le citoyen consciencieux est à nouveau concerné. Les demandes de Madame Galladé et du PS ne sont pas nouvelles et ne concernent pas seulement les anciennes armes d'ordonnance mais toutes les armes. 

Selon Chantal Galladé, les sociétés de tir sportif pourraient même profiter du durcissement de la loi sur Les armes parce qu'elles ne pourraient plus être associées à la violence par les armes. Cela semble plausible, non? Andres: Avant l'introduction de la nouvelle loi sur les armes, les tireurs avaient déjà une approche responsable des armes. La sécurité a été et est toujours la priorité absolue. Au cours des deux dernières années, les médias ont fait de plus en plus la distinction entre les tireurs et les autres propriétaires d'armes à feu. 

NOUS NOUS DÉFENDRONS AVEC TOUS LES MOYENS POLITIQUES QUI SONT À NOTRE DISPOSITION

Ce sont souvent des armes illégales qui ont été utilisées dans le cas de crimes. Si aucune relation avec une société de tir ne fut établie, on n'a pas cherché à en savoir plus. En outre, une personne doit devenir volontairement membre d'une société de tir et ne pas y être contrainte par un. article de toi. Étant donné que la loi actuelle sur les armes a pour but de lutter contre l'utilisation abusive des armes, celle-ci doit à présent être appliquée sans que l'on ne pense à un nouveau durcissement de manière préventive. Les propriétaires légaux d'armes à feu, qu'ils soient des tireurs ou non, ne doivent pas être davantage pénalisés au nom d'un faux sentiment de sécurité. 

Comment la Fédération sportive suisse de tir va-t-elle se comporter si le durcissement du droit européen sur les armes devient une réalité et qu'il est adopté par ta Suisse? Andres: Le groupe d'intérêt autour du tir, qui est présidé par la FST et qui réunit de nombreuses autres parties intéressées, s'est clairement opposé à l'adoption de nouvelles politiques et défend la vision que notre actuelle lori sur les armes est conforme aux exigences de l'UE. Si les lignes directrices venaient quand même à être mises en oeuvre, nous nous défendrons avec tous les moyens politiques qui sont à notre disposition.

Source: Tir Suisse